Dobson T400

Le T400 est fini et vendu à un sympathique artisan de la région Bordelaise,
maître de chai dans le médoc, et passioné par son métier.

Il fait de l'astronomie depuis 3 ans et a chopé le virus, bonne nouvelle pour lui.

La transaction et l'essai se feront autour d'une bonne bouteille, grand cru du médoc
plutôt sympas comme vente :), ce qui fera oublier un ciel empêtré de cirrus.

et comme les préjugés disent que les Bretons sont alcooliques, je serai bourré à la fin de la soirée...

Que les cieux soient avec lui !
_____________________________________________________________________________________________________


_____________________________________________________________________________________________________
 
Le "design" de ce dobson n'est pas souvent vu sur le web.
L'idée était d'avoir une symétrie parfaite quand il est vertical.
Donc des tourillons à 270 degrés.

Pourquoi ?

cela permet entre autre :

- d'avoir une meilleure compacité de l'ensemble
- d'avoir des tubes carbones de dimension identique et plus courts
- de pouvoir faire une pose / dépose du barillet ou du primaire dans son barillet plus facilement
- avoir une structure qui épargne le dos et donc ultra-légère
- avoir des éléments séparés qui ne doivent pas dépasser le poids du miroir
- avoir un rangement optimisé

 
Tous les points de liaison sont assurés par collage à résine epoxy doublé d'un collage à la colle cyanolacrylate sur l'epoxy séché (dans la plupart des cas, il s'agit de chevilles en laitons M8 ou M10 ou de gonds en acier enrobé par la résine)
 
Cela permet un serrage extrêmement fort et un décollement impossible par exemple entre les tourillons
et les barres de liaison en acier zingué.

Au final, le résultat est plutôt pas mal, la rigidité est au rendez-vous malgré un poids inférieur à 40 kgs
et l'ensemble agréable à utiliser.

Scellements des chevilles laiton M8 / M10 dans les tubes en acier zingué

 
Rocker
 
- au lieu du flex rocker classique, préférence pour un rocker tout métal
- un tourillon en CP vient renforcer la douceur des mouvements en azimut
- chevilles collées avec epoxy+cyano en embout de tubes alu
- la dureté des mouvements azimut et l'altitude sont réglables
- de simples équerres en acier zingué assurent la fixation de lensemble

Ca marche plutôt bien, poids < 10 kgs, à l'avenir, essai comme un flex rocker
(2 anneaux en quinconce mais en métal, alu ou autre)

patins en téflon collés sur les tubes carrés alu

 
Araignée

Bien que la mode soit aux araignées simple anneau, j'opte pour une araignée double anneau.
De plus, les vis de collimation sont remplacées par un système basé sur la rotation / translation du secondaire
Une des branches de l'araignée permet la translation.
C'est audacieux mais plutôt pratique à l'usage.

Les anneaux sont un peu légers niveau solidité, pas eu le temps de les refaire en alu ou carbone.

Avantages araignée double anneau :
 

- protection systématique du secondaire (pas besoin de "protège-secondaire")
- pouvoir modifier la position du foyer à la demande (pratique si on doit monter une bino)
- plus de facilité à avoir un P.O strictement perpendiculaire au chemin optique
- branches d'araignée et P.O réglables en position

Tourillons

Les tourillons sont sontruits dans du CP peint et font un angle de 270 degrés.
Ils sont cerclés avec une bande alu anodisée collée et cloutée aux extrémités.
Les tourillons sont reliés entre eux par des barres en acier zinqué + chevilles collés à l'epoxy M10
Les points de liaison vers le fagot de tubes carbones est renforcé avec des plaque en métal.
Une plaque en CP assure la triangulation à l'arrière et l'ajout facile de contrepoids.
L'ensemble est très rigide.

La jonction tourillons-tubes est entièrement en métal
4 tubes se relient avec des gonds et les 4 autres avec un système à "boule".

Barillet

Le barillet 18 points est construit de manière classique.
L'ensemble est en aluminium et les points de flotaisons sont en téflons durs.
Les supports latéraux sont constitués de roulements à bille et ont un angle entre eux de 90 degrés, comme le veut la règle.
Il y a quatre supports latéraux, qui permet d'orienter le dob dans toutes les directions sans que le primaire ne puisse tomber.
Sur ces mêmes supports latéraux sont fixés des pattes sans jeu pour empêcher toute chute du miroir une fois en place.
Ce barillet après test sur le ciel offre des résultats assez classiques : pas d'astigmatisme et image très bonne.
La collimation est faite avec des vis M8 reliés à des engrenages dans le cas d'une motorisation de la collimation.

Fagot de tubes

Réalisé avec des tubes carbones de 16mm premier prix (10 euros le mètre)
c'est un peu léger au niveau rigidité et pourtant suffisant (résultat final de vibrations < 2 secondes)

Cependant si je construis un autre dob, je prendrais des tubes plus gros et plus épais, avec une meilleure construction
(tressage des fibres avec un angle autour)

L'extrémité des tubes est collé pour les jonctions avec époxy moulé et séché + cyano.
Le collage est compliqué car cela prend en moins de une seconde (cyano sur résine séchée) !
Une fois effectuée, ce collage est assez résistant et c'est plutôt le travail du carbone ou son écrasement
qui doit être pris en compte prudemment.

Premiers tests sur le ciel :

 
Ma première observation se fait sur Jupiter après une première séance où je démonte le tout.
 
- je constate d'abord que la collimation est conservée, plutôt une bonne nouvelle, je n'ai pas besoin de la refaire.
- je pousse les grossissements jusqu'à 400x environ : le suivi se fait facilement
- les vibrations sont très acceptables : si je percute le dob violemment, les vibrations s'annulent en environ 2 secondes
- les déplacements sont doux, réguliers : j'arrive au crépuscule à suivre un avion lointain en voyant les hublots et la compagnie aérienne
- il y a un léger déséquilibre que je corrige par un système de contrepoids
 
Au niveau de l'image : 
 
- Jupiter est magnifique, même je me demande si je l'avais déjà vu comme ça : tâche rouge et nombreux détails dans les bandes
- il faut dire que la turbulence est assez faible ce soir là
- j'arrive à suivre Jupiter facilement jusqu'à 250x, puis 400x
- en ciel profond, on observe une bonne image, peu de diffusion, un bon contraste et un piqué assez bon
- la qualité globale est intermédiaire entre un dob artisan et un dob industriel
 
Montage / démontage / rangement
 
- le démontage ne prend pas plus de 5 minutes, de même que le montage
- le rangement dans le coffre du break est facile et les éléments s'empile facilement